WHISKAS FR

Tapez votre mot clé ci-dessous pour retrouver un produit ou un article de blog

le-chat-et-la-petite-faune-sauvage.jpg
Vous retrouvez régulièrement des proies laissées sur le pas de votre porte… Est-ce un cadeau ou une préférence pour le contenu de sa gamelle ?  A chaque chat, son comportement de prédation. Consommées ou abandonnées, les proies sont nombreuses. Des solutions existent pour en diminuer le nombre tout en maintenant le bien-être de votre chat.


Mon chat, ce chasseur !


Les chats chassent le jour et la nuit, principalement au crépuscule et à l'aube.
La majorité d’entre eux sont des chasseurs opportunistes et généralistes, c’est-à-dire qu’ils capturent les proies qui se présentent plutôt qu’une espèce particulière.

Le comportement de chasseur peut varier en fonction de son âge, sa condition physique, son tempérament, s’il est  stérilisé ou non, sa sécurité alimentaire, les conditions météorologiques, etc.

Les chats aiment jouer. Même bien nourris, ils peuvent, par instinct, chasser et courir après leurs proies, l’objectif étant uniquement de jouer. Un chat qui ne joue pas assez manifestera ce manque principalement par une volonté de chasser à l’aube ou au crépuscule.

A l’origine, le chat domestique est une espèce introduite par l’Homme qui n’était donc pas présente dans la nature. Aujourd’hui, la prédation par le chat domestique est accentuée par l’errance, liée entre autres à l’abandon, et elle devient préoccupante pour la petite faune sauvage.

L’association LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) mène des études et actions de sensibilisation en partenariat avec Mars Petcare France. L’objectif de cette alliance est de donner les moyens aux propriétaires de chat domestique de diminuer le nombre de proies lié à la prédation, tout en garantissant le bien-être de nos animaux.

Chaque année, entre 8 et 10% des animaux blessés accueillis dans les centres de soins LPO ont été victimes de la prédation d’un chat domestique : 88% d’oiseaux et 12% de mammifères, dont 60% des chauves-souris.

Alors, soyons des propriétaires responsables !


Avec le souci de ne pas stigmatiser nos amis à 4 pattes,  nous pouvons tous vivre en bonne intelligence, pour autant que nous adoptions des comportements responsables à tous les niveaux. 

Quelques idées pour réduire la prédation sans compromettre le bien-être de votre chat


D’après des études menées en France et dans le monde, la cohabitation des chats domestiques et de la petite faune du jardin est possible avec des mesures simples.
Ami(e)s des animaux et de la nature, les idées suivantes sont pour vous !
Cependant, aucune idée d’action ne supprimera totalement les conséquences de la prédation (animaux blessés…), mais le cumul contribuera à en réduire le nombre.

  • Garantir la sécurité alimentaire de son chat
    En garantissant leur sécurité alimentaire, les chats n’ont pas besoin de pallier au manque de ressources alimentaires et limitent leurs déplacements à la recherche de proies.
     
  • Stimuler son chat, jouer avec lui
    Le jeu permet d’extérioriser l’instinct prédateur et chasseur du chat. Stimulez votre chat en lui proposant des jeux (ficelle, boite en carton, boule de papier…),  offrez-lui un arbre à chat (face à la fenêtre, pour qu’il puisse observer et surveiller l’extérieur, proposez-lui un petit casse-tête alimentaire pour l’occuper, etc.
     
  • Stériliser son chat
    Cette action est préconisée par de nombreuses associations de protection de la nature, des associations de protection des animaux et les vétérinaires. Elle permet de limiter la multiplication des chats errants ou des chats retournés à l’état sauvage.

Et quelques idées à mettre en place dans nos jardins afin d’encourager la cohabitation des oiseaux et de nos chats

  • Planter des plantes répulsives
    Les feuilles de "Coleus canina", sont caractérisées par une forte odeur. La plupart des chats n’apprécient pas cette odeur et s’en éloigneront. Cette plante est à placer proche d’une zone à protéger (mangeoire à oiseau, nid, …).
     
  • Créer un répulsif  « maison »
    Mélangez un litre d’eau, 10 gouttes de jus de citron et 20 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus dans un vaporisateur. Cette préparation est à vaporiser quotidiennement à proximité des zones à protéger, afin de limiter la prédation.
     
  • Aménager son jardin avec des zones de refuges
    Une zone sauvage du jardin, un muret en pierres sèches, … sont autant de refuges potentiels pour la petite faune. Elle pourra s’y replier en cas de danger. Pour cela, ne pas tondre la pelouse trop courte, gardez des zones à couvert végétal « haut » (surtout au printemps), plantez des haies et buissons épineux, etc.
     
  • Ne pas leur faciliter la prédation – être un propriétaire responsable
    En période de conditions rudes (épisode prolongé de froid ou de pluie) ou en période de sortie du nid par les jeunes oiseaux, essayez de garder un peu plus votre chat au sein de votre foyer. Aussi, si vous possédez une mangeoire pour oiseaux, il est préférable de l’installer en l’air et dans une zone dégagée, pour permettre aux oiseaux d’avoir une bonne visibilité des alentours.

Nouveau WHISKAS®, encore plus de ronronnements

Découvrez de nouveaux contenus et nouvelles recettes sur un tout nouveau site !

DÉCOUVRIR
Nouveau Whiskas®, encore plus de ronronnements